4c77704aacdb35fe

Réagir face à la violence

La violence est un problème et il existe des solutions. S'isoler ou prendre sur soi ne résout rien. Tes parents, tes amis ou des professionnels sont là pour t'aider.

En parler

Si tu subis des violences, il faut en parler. Confie-toi à tes parents, à l'infirmière scolaire, à la psychologue scolaire ou à tout autre adulte en qui tu as confiance. On remarque que les personnes qui vivent une relation de violence racontent peu ou pas du tout ce qu'elles sont en train de vivre. En effet, la victime se dit: si je dis ce qui se passe dans mon couple, les autres vont me conseiller de quitter mon partenaire et c'est la dernière chose que j'ai envie de faire. Souvent la victime a honte de subir des violences, alors elle ne va pas en parler. Il est donc compliqué de se confier mais un avis extérieur va te permettre d'évaluer si ce que tu vis est normal ou non.

Si c'est ta première relation sérieuse, comment vas-tu te rendre compte que ce que tu vis est sain pour toi ou non? La difficulté est que tu n'as pas de points de repères et d'éléments de comparaison pour évaluer ta relation. Une solution est de parler avec ton entourage, tes amis afin de savoir ce qu'ils vivent ou ont déjà vécu.

Savoir dire non

Il est important de poser tes limites. Tu as le droit de dire NON et de dire ce qui ne te convient pas. Communique avec ton partenaire et n'hésite pas à lui dire fermement ce que tu n'as pas envie de vivre. Dis-lui ce que tu ressens, ce qui te fait de la peine. Le respect de l'autre et de soi-même est important. Respecter l'autre c'est aussi accepter quand il dit non et ne pas le forcer à faire des choses qu'il n'aurait pas envie de faire.

Ouvrir les yeux

Ne cherche pas des excuses à ton partenaire. Comme tu peux le voir avec le cycle de la violence, les épisodes violents le sont de plus en plus et leur fréquence augmente. Les victimes ont tendance à espérer que l'autre va changer et à le protéger par amour. Mais il est difficile de modifier ses comportements sans une aide extérieure. Ce qui peut t'être utile, c'est de fixer une date (par exemple 3 mois plus tard) et de te dire qu'à cette date ta relation devrait aller mieux. Lorsque tu arrives à cette date, regarde si la relation s'est améliorée ou si ce n'est pas le cas. S'il n'y a pas eu d'améliorations ou si c'est pire, il est vraiment nécessaire d'en parler et de te demander si ta relation est saine et si elle te fait du bien.

Où trouver de l'aide?

Dur de parler de tes problèmes avec tes parents. Tu as l'impression qu'ils ne te comprennent pas ou alors tu as honte. Dans ce cas, il existe des spécialistes qui t'écoutent, sans te juger.

A l'école

Dans toutes les écoles, il y a des professionnels à qui tu peux te confier. Tu peux parler de ce que tu vis à l'infirmière, au psychologue, au médiateur scolaire ou à ton professeur.

147

Il t'est aussi possible d'appeler de façon anonyme le 147 qui est un numéro d'appel gratuit, proposé par Pro Juventute. Des spécialistes te répondent 24h/24 et 7j/7.

LAVI

Le centre d'aide aux victimes reçoit toute personne victime d'infraction au niveau de son intégrité physique, sexuelle et/ou psychique. Tous les entretiens sont confidentiels et tu peux t'y rendre sans que tes parents ne soient mis au courant.

Bureau égalité

Au bureau de l'Egalité, tu peux trouver de la documentation sur le sujet. Il t'est aussi possible d'obtenir des informations par téléphone ou avoir un entretien. Comme pour les autres structures, toutes les discussions restent confidentielles.

Entourage

Tes parents, grands-parents ou tout adulte en qui tu as confiance peuvent t'aider et te soutenir.

Bibliographie

Sanders, S. M. (2003). Teen dating Violence, The invisible peril. New York: Peter lang.

Partager
© 2013-2018, skool.ch - by etucom
Mentions légales : ce site appartient à la société Etucom sàrl qui en assume l’entière responsabilité et signe les contrats de placement. Plus d’informations sur etucom.com