dossier_sante_alcool_boireouconduire_drink_drive_keys

Boire ou conduire?

La consommation d'alcool est l'une des principales causes d'accidents de la route. Cependant, 1 garçon sur 2, âgés entre 16 à 20 ans, avoue avoir conduit un véhicule au moins une fois en état d'ébriété. Et 1 fille sur 5, âgées entre 16 et 20 ans, avoue avoir fait la même chose. Alors que nous connaissons tous les dangers de l'alcool, pourquoi une si grande proportion de la population continue-t-elle à conduire après avoir bu?

La sous-estimation des risques

La première raison est que beaucoup de gens sous-estiment les risques de la conduite en état d'ébriété. Leurs connaissances en matière d'alcool sont souvent insuffisantes et fausses, ce qui peut conduire à une mauvaise évaluation de la situation. Les personnes ivres se sentent souvent aptes à conduire, car elles ne sont plus capables d'évaluer correctement les dangers et surestiment leurs capacités. Pourtant les risques encourus sont graves, car on se met en danger soi-même et les autres. Les accidents mortels de la route sont la principale cause de décès chez les jeunes. En Suisse, l'Office fédéral de la statistique montre que l'alcool a joué un rôle dans 1 accident mortel sur 5! Ces proportions pourraient être plus élevées car les alcootests ne sont pas systématiques après chaque accident.

L'influence de groupe

Une deuxième explication est l'influence de groupe. Certaines situations de convivialité avec ses amis ou des proches, ont un impact notable sur la prise de décision de conduire après une soirée un peu trop arrosée. La pression du groupe peut être forte, mais il faut apprendre à résister et à gérer de telles situations d'influence. Connaître ses limites, c'est aussi savoir estimer une situation dangereuse pour soi. Même si un de tes amis prend le volant car il se sent en état de le faire, cela ne peut pas être le cas pour toi. Apprends à dire non et à refuser de monter dans un véhicule si le chauffeur n'est pas en état de conduire.

Prends ton temps

Troisièmement, le temps entre la prise d'alcool et la conduite doit être suffisant pour reprendre le volant. Le taux d'alcool dans le sang diminue de 0,1 à 0,15 pour mille en une heure et rien ne permet d'accélérer ce processus.

Consomme de manière avertie et intelligente

Une chose est sûre, prendre le volant au-delà d'un ou deux verres d'alcool, c'est de la pure folie!!! C'est un peu aberrant de mourir parce qu'on aime faire la fête. La multiplication des contrôles, le renforcement des sanctions, ainsi que la connaissance des dangers, doivent te conforter à adopter un comportement raisonnable axé sur la sécurité.

Consommer intelligent c'est savoir s'arrêter à temps. Si tu écoutes ton corps et si tu connais tes limites, tu t'éviteras bien des tracas et des matins difficiles. La consommation doit rester un plaisir occasionnel.

Les solutions pour faire la fête en toute sécurité

Mais que faire si tu souhaites consommer de l'alcool lors d'une soirée? Pour prévenir les habituels problèmes de transports et de retour, il faut anticiper les différentes possibilités qui s'offrent à toi.

  • Le «conducteur désigné» ou « l'ange gardien» est la personne qui sera responsable de te ramener et pour cela il s'engage à ne pas boire de toute la soirée.
  • Utilise les transports publics
  • Paie un taxi avec tes amis
  • Dors chez un ami qui habite près de la fête.
  • Demande à tes parents ou à tes bons amis de venir te chercher.
  • Si aucune de ces solutions n'est possible, la décision la plus sage est de ne pas consommer d'alcool du tout.

Que dit la loi?

En Suisse, le taux d'alcoolémie, à partir duquel un conducteur est considéré comme inapte à conduire, est de 0,5 gramme pour mille.

Le conducteur est punissable par la loi:
Art. 91 LCR

Quiconque a conduit un véhicule automobile en état d'ébriété, est puni des arrêts ou de l'amende. La peine sera l'emprisonnement ou l'amende lorsque le taux d'alcoolémie est qualifié (art.55, al.6)

Les conducteurs de vélomoteurs sont également punissables au sens de l'Art. 91 LCR.

La sévérité de la peine dépend de la gravité de la faute commise, du taux d'alcoolémie détecté et des antécédents du conducteur. Les sanctions attribuées peuvent être: une amende, un retrait de permis, ou un emprisonnement.

Le délit de complicité est aussi punissable. Tu peux te rendre coupable de complicité en laissant une personne alcoolisée prendre le volant, ou en l'incitant à boire alors qu'il est motorisé.

Partager
© 2013-2020, skool.ch - by etucom
Mentions légales : ce site appartient à la société Etucom sàrl qui en assume l’entière responsabilité et signe les contrats de placement. Plus d’informations sur etucom.com