blackout

« J'ai eu un blackout...» Kesako ?

Durant toute l'année et d'autant plus au cours des périodes d'examens, le corps des étudiants est soumis au stress. Arriver à l'heure en cours, étudier tous les jours, subir la pression des profs, des évaluations... Ce stress se manifeste de plusieurs façons : manque de sommeil, mauvaise humeur et dans les cas extrêmes, black-out.

Pour la petite histoire

A la base, ce terme désigne l'extinction des lumières d'une ville, engendrant une obscurité complète. Un autre sens s'applique lorsqu'un journal s'abstient volontairement de publier une information. Bien que ces explications aient des liens abstraits avec la signification traitée ici, la définition qui te touche le plus est toute autre. Elle concerne les examens. Un black-out se produit lorsque tu es en pleine épreuve et incapable de te rappeler de quoi que ce soit. Tu fixes la question, tu sais que tu connais la réponse, mais dans ta tête c'est le trou noir.

Panique à l'horizon

Un black-out de cet ordre-là est dû au stress. Ton angoisse est telle qu'elle agit sur ton cerveau jusqu'à te causer des trous de mémoire. C'est une sorte d'extinction des feux cérébraux. Ceci arrive souvent juste avant l'examen, ou même pendant. PAS DE PANIQUE, peu d'étudiants sont victimes de black-out ! De plus, l'information n'est jamais vraiment perdue ; elle est juste bien cachée dans ton cerveau. Suffit d'aller la récupérer.

Le surmonter

Il te suffit de te détendre un maximum durant la période d'étude. Certes plus facile à dire qu'à faire, mais il existe tout de même des techniques de relaxation. Par exemple, lorsque tu sens le stress t'envahir, tu peux prendre une grande inspiration et écouter un passage de musique calme et relaxante. Aussi, tu as travaillé comme un forcené pour cet examen ; tu connais toute la matière sur le bout du pouce. Tu n'as donc aucune raison de stresser !

Le sommeil aide à prévenir les blancs ! Eh oui, il est important de se reposer, surtout durant la période d'examens ! Couche-toi tôt, et laisse ton corps se réveiller seul. S'il est bien reposé, ses performances le lendemain seront maximales. En effet, c'est pendant la nuit que tes neurones trient et classent les souvenirs que tu as accumulés le jour même. Si tu manques de sommeil, ton cerveau n'aura pas le temps de tout enregistrer comme il faut. Dangereux !

De plus en plus d'étudiants se mettent aux calmants durant les périodes d'examens. Qu'ils soient homéopathiques ou non, ils sont le plus souvent pris en automédication. Mauvaise idée ! Evite de faire comme eux, car beaucoup des substances relaxantes prises modifient la façon de raisonner et peuvent créer des dépendances. En effet, ce sont des sédatifs : ils diminuent la transmission des informations entre tes neurones. Si tu tiens absolument à prendre quelque chose n'hésite pas à demander une prescription à ton médecin, en lui précisant tes critères. Changer de manière de penser n'est pas la meilleure chose pour un examen !

Que faire ?

Si tu viens à subir un black-out, rassure-toi, ce n'est pas la fin du monde. Il suffit de respirer profondément, et de faire le vide dans ton esprit. Ferme les yeux et continue ainsi durant quelques minutes. Ne les ouvre que lorsque tu te sens plus détendu. Il est clair que tu ne seras jamais 100% relaxé durant un examen ; mais un peu de stress est bon pour le système. Ça te permet d'augmenter tes capacités de concentration !
Si tu ne te souviens toujours pas de la réponse, passe à la question suivante. Tu reviendras dessus une fois que ton cerveau sera à fond dans la matière.
En bref, tu peux t'armer contre les black-out. De la relaxation, de la détente et le tour est joué ! Ça peut faire peur sur le coup, mais ces « crises » sont gérables, alors pas de panique !

Partager
© 2013-2018, skool.ch - by etucom
Mentions légales : ce site appartient à la société Etucom sàrl qui en assume l’entière responsabilité et signe les contrats de placement. Plus d’informations sur etucom.com