le-temple-du-peuple

Le Temple du Peuple

Fondée en 1953 par Jim Jones à Indianapolis, ce mouvement religieux est notamment connu pour le « suicide collectif » de 914 personnes en 1978.

Fondateur

Né en 1931, ce pasteur américain crée le Temple du Peuple en 1953. Très tôt, il s'intéresse à la religion. Dès la fin de ses études, il commence à faire du porte-à-porte afin de financer la fondation de sa propre église. Il s'engage dans une lutte visant à établir l'égalité raciale et à soutenir les pauvres. Par la suite, plusieurs personnalités lui manifestent leur intérêt. Il se rend vite compte de son charisme. A partir de ce moment, il demande à être appelé « Père » et prétend être un messie. Il accomplit même des « miracles » afin d'attirer de nouveaux membres dans son mouvement !

En 1977, Jones et 900 de ses membres créent une communauté agricole au Guyana. « Jonestown ». Le village qu'il fonde, serait complètement dépourvu de racisme. C'est dans ce lieu qu'aura lieu le fameux suicide collectif.

Drame

Tout commence en novembre 1978. Nombreux sont les proches des membres du Temple du Peuple à avoir déposé plainte : les conditions de vie seraient désastreuses dans le village, au point d'enfreindre les droits de l'Homme ! Une enquête a donc été menée : le député Leo Ryan est envoyé au Guyana afin d'inspecter les lieux. Une fois sur place, accompagné de reporters de la chaîne NBC et du journal Time, les résidents sont interviewés durant trois jours. Tout se déroule de manière festive et les membres du Temple du Peuple ont l'air heureux. Mais un jour, tout bascule... Une quinzaine d'adeptes demandent la permission au député Ryan de partir avec lui.

Histoires divergentes

C'est ici que les choses se compliquent. Certaines versions racontent qu'un homme de la communauté aurait tenté d'agresser Ryan au couteau. Profitant de cette altercation, on pense que les individus qui souhaitaient quitter les lieux ont fui en direction de l'avion, poursuivis par d'autres membres qui ont ouvert le feu, tuant Ryan et cinq autres personnes.
Une autre version relate que Jones aurait eu vent du souhait de départ de ses membres. Il aurait ordonné à un fidèle de s'infiltrer dans le groupe et de les tuer une fois dans l'avion. Quoi qu'il en soit, les six personnes ont été retrouvées mortes.

Plus tard dans la journée, se rendant compte que les autorités, au courant des meurtres, allaient remonter jusqu'à lui, Jones aurait demandé à tous les membres de la communauté de commettre un suicide collectif. « La mort n'est qu'un moyen de commencer une nouvelle vie. N'ayez pas peur de la mort ». Ici encore, plusieurs variantes existent. La première relate que tous les membres, dociles comme des agneaux, auraient bu le cyanure à tour de rôle avant de se coucher par terre pour se laisser mourir. Jones et l'infirmière distribuant le poison se seraient ensuite tiré une balle.
La seconde version raconte que le poison a dû être administré de force et que ce sont les membres du Temple du Peuple qui ont tiré - trop tard - sur l'infirmière et le gourou. Une centaine de personnes auraient réussi à fuir, avant d'être interceptées et tuées par les gardes encerclant le village.

Faux poisons

Quelque temps avant cet incident, on raconte une sorte d'initiation au suicide, où Jones aurait testé la fidélité de ses suiveurs en leur faisant boire du faux poison. Bien sûr, les victimes pensaient qu'il était vrai ! Malgré cela, quelques personnes l'ont tout de même bu. Comment savoir que les victimes de ce 18 novembre 1978 ne pensaient pas avoir à faire à ce même genre de situation ? Qui sait, peut-être ne voulaient-elles pas vraiment mourir mais seulement faire leurs preuves... Certains affirment, en effet, que les membres ont accepté d'avaler le poison jusqu'à ce qu'ils voient la réaction des enfants mourants ; là ils ont refusé de subir le même sort et ont dû le prendre de force.

Qui sait ce qui s'est réellement passé, ce 18 novembre 1978 ? Encore à ce jour, cette histoire reste un mystère...

Inspiré de wikipedia

Partager
© 2013-2018, skool.ch - by etucom
Mentions légales : ce site appartient à la société Etucom sàrl qui en assume l’entière responsabilité et signe les contrats de placement. Plus d’informations sur etucom.com